Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Livres, films, pièces de théâtre et spectacles en tout genre...
  • : « La culture est ce qui fait d'une journée de travail une journée de vie. » Georges Duhamel
  • Contact

Rechercher

Catégories

12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 20:01

 

 

Résumé :

 

Une île sauvage du sud de l'Alaska, accessible uniquement par bateau ou par hydravion, tout en forêts humides et montagnes escarpées. C'est dans ce décor que Jim décide d'emmener son fils de 13 ans pour y vivre dans une cabane isolée, une année durant. Après une succession d'échecs personnels, il voit là l'occasion de prendre un nouveau départ et de renouer avec ce garçon qu'il connaît si mal. La rigueur de cette vie et les défaillances du père ne tardent pas à transformer ce séjour en cauchemar, et la situation devient vite incontrôlable. Jusqu'au drame violent et imprévisible qui scellera leur destin.

 

Mon avis :

 

Cela faisait plusieurs semaines que je lisais des critiques dithyrambiques sur ce livre, j'ai donc sauté sur l'occasion quand j'ai vu qu'il était disponible dans ma BU. Je vais ainsi pouvoir me joindre aux avis positifs.

   

Le roman est divisé en deux parties distinctes, très différentes car construites selon un point de vue narratif différent. Les 113 premières pages voient la narration se focaliser sur le personnage de Roy, tandis que le reste du livre est raconté à travers le père. Ce choix permet d'approfondir la psychologie complexe de chacun des deux personnages. Car le point fort de ce livre est la construction remarquable des protagonistes, entre un père détestable et à moitié fou, et un fils aveuglé par un mélange de fierté et d'amour filial, et dont les décisions laissent souvent pantois. On a du mal à rester de marbre face aux événements : on a souvent envie de secouer Roy pour le faire réagir ou de frapper ce père insupportable... Bref, ce n'est pas une lecture de tout repos.

 

J'ai beaucoup aimé la deuxième partie dont la lecture m'a paru plus fluide (sauf les dernières pages qui ne m'ont que moyennement convaincue), car elle parvient à réhabiliter le père un minimum, et surtout elle recèle de moments paradoxalement très drôles. La première partie quant à elle provoque un vrai malaise chez le lecteur, et ce dès le début : le huis clos est parfaitement rendu par l'auteur. J'ai sans cesse eu cette fameuse réflexion : "Mais que diable allaient-ils faire dans cette galère ?".

 

J'ai donc beaucoup aimé ce roman qui prend aux tripes, cependant je n'ai pu me défaire de ce sentiment d'irréalité : comment une mère peut-elle laisser son fils partir seul sur une île déserte pendant un an ? J'ai été embarquée dans l'histoire mais je n'y ai jamais cru vraiment. Qu'importe, le roman est trop réussi pour s'arrêter à ça !

Partager cet article

Repost 0
Published by Eléa291
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -
.