Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Livres, films, pièces de théâtre et spectacles en tout genre...
  • : « La culture est ce qui fait d'une journée de travail une journée de vie. » Georges Duhamel
  • Contact

Rechercher

Catégories

26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 23:34

 

 

Résumé :

 

Dans un pays sans nom, un événement extraordinaire plonge la population dans l'euphorie : plus personne ne meurt. Mais le temps, lui, poursuit son oeuvre, et l'immortalité se révèle n'être qu'une douloureuse vieillesse. L'allégresse laisse la place au désespoir et au chaos : les hôpitaux regorgent de malades, les familles ne peuvent plus faire face à l'interminable agonie de leurs aînés, les entreprises de pompes funèbres ferment, les compagnies d'assurances sont ruinées, l'Etat est menacé de faillite et l'Eglise de disparition, car, sans mort, il n'y a pas de résurrection et, sans résurrection, il n'y a pas d'Eglise. Chacun cherche alors la meilleure façon, ou la pire, de mettre fin au cauchemar de la vie éternelle, quitte à faire appel aux mafias, à passer des accords que la morale réprouve, ou à laisser la corruption gangrener la société. Jusqu'au jour où la mort décide de reprendre du service...

 

Résumé :

 

J'avais un peu trop d'attentes sur ce roman. Après avoir adoré L'aveuglement du même auteur, il me tardait de découvrir ce livre dont le résumé m'intriguait beaucoup.

 

Finalement, il s'agit bien plus d'un essai que d'un roman. Le récit n'est pas linéaire, il ressemble davantage à une succession d'événements propices à générer des réflexions variées sur la vie et la mort. J'ai eu parfois du mal à avancer dans ma lecture, certains passages étant moins passionnants que d'autres. J'ai préféré la dernière partie, quand la mort se transforme en femme pour séduire ce musicien, très émouvant, qui lui échappe.

 

J'ai aussi beaucoup aimé les critiques non dissimulées de Saramago contre l'église, contre la politique, effectuées avec une très belle ironie. Et bien sûr, son imagination incroyable qui donne naissance à de belles idées :  la maphia, la traversée euthanasique de la frontière, les archives de la mort...

 

Je ne peux pas dire que je n'ai pas aimé ce livre, mais j'étais sans doute en attente de réponses métaphysiques, que je n'ai malheureusement pas vraiment trouvées. Ce n'était sans doute pas l'objectif de Saramago. La mort reste une énigme, à l'image de cette fin déroutante.

Partager cet article

Repost 0
Published by Eléa291 - dans Littérature
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -
.