Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Livres, films, pièces de théâtre et spectacles en tout genre...
  • : « La culture est ce qui fait d'une journée de travail une journée de vie. » Georges Duhamel
  • Contact

Rechercher

Catégories

9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 21:32

 

 

 

Résumé :

 

À première vue, Aurèle est simplement une adolescente dévergondée. Elle ne se sépare jamais de son frère Jérôme, qui incarne la figure de l'idiot au sens propre. Ils vivent tous deux dans la banlieue de Mortissieux, près de Lyon. Au collège, ils suivent les cours de musique d'Anna Lussing. Anna qui devient pour Aurèle une obsession, un manque, puis une cible. Parallèlement, Pasquale Villano, un traducteur italien qui refuse la politique de Berlusconi et choisit l'exil en France, prend de plus en plus de place dans l'entourage d'Anna. Il s'éprend d'elle. La peur s'installe avec l'assassinat d'une jeune fille.

 

 

Mon avis

 

Voici un auteur que j'ai découvert au Livre sur la Place de Nancy : Stéphanie Hochet, prof d'anglais et collaboratrice à divers magazines littéraires. J'ignorais son existence bien que ce roman soit sa septième publication.

 

La distribution des lumières est un livre étrange, tant sur le fond que sur la forme. Cette espèce de remake du Lolita de Nabokov m'a moyennement plu. Il s'agit d'un roman polyphonique, chaque chapitre ayant un narrateur différent : on entre à tour de rôle dans les pensées d'Aurèle, de Pasquale et de Jérome. De ce fait, la figure centrale de l'histoire, Anna, est le personnage que le lecteur appréhende le moins bien, étant le seul qui ne s'exprime pas.

 

Le roman s'intéresse plus à la psychologie des personnages qu'à l'histoire à proprement parler. L'obsession d'Aurèle pour Anna n'est pas tellement évoquée alors qu'elle sert de fil conducteur. Les scènes au collège sont rares, de même que les rencontres entre la professeur et l'adolescente. En revanche, la relation fraternelle presque incestueuse entre Aurèle et Jérome est largement développée, de même que le ressenti politique de Pasquale concernant l'Italie. 

 

Aurèle est un personnage très dérangeant, on ressent presque le malaise de Pasquale quand il est en sa compagnie. Pasquale quant à lui est agaçant et ses décisions, de la première à la dernière page, sont vraiment déconcertantes et irréelles.

 

Finalement, je ne me suis que moyennement interessée à cette histoire, même si les personnages de Jérome et d'Aurèle sont curieux dans leur complexité. Ce n'est pas un livre qui me laissera un souvenir impérissable !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Eléa291
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -
.