Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Livres, films, pièces de théâtre et spectacles en tout genre...
  • : « La culture est ce qui fait d'une journée de travail une journée de vie. » Georges Duhamel
  • Contact

Rechercher

Catégories

11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 19:29

 

 

Résumé :

 

Un photographe, Antonio, retourne à Lisbonne après dix ans d’absence. Il y retrouve le correspondant de son journal, Vincent, le narrateur de ce récit, afin de suivre le procès d’un tueur en série. Enfant, Antonio a rencontré en une fillette, Canard, l’amour mythique, éternel, celui qui promet de grandir sans jamais s’affadir, mais ce rêve de bonheur s’est déchiré. Vincent a ses raisons, peu avouables de vouloir guérir cette blessure, réparer ce qui s’est brisé, retrouver Canard. Lui qui est si peu doué pour la vie, lui qui n’achève jamais rien de ce qu’il entreprend, veut devenir l’artisan d’un destin inaccompli. Chaque rencontre rapproche du but comme la vague pousse un radeau vers le rivage. Mais il n’est d’horizon qui ne se déplace sans cesse... . 
Electrico W raconte les neuf jours de cette quête en ce mois de septembre 1985 où la terre trembla à Mexico et où mourut l’écrivain Italo Calvino. Si les tramways, comme l'Electrico W qui donne son nom au livre, suivent des rails, la vie des hommes obéit à d’autres lois.

 

Mon avis :

 

Je ne connaissais pas du tout Hervé Le Tellier avant de postuler à ce partenariat Newsbook. C'est le résumé, évoquant entre autres la ville de Lisbonne, qui m'a donné envie de découvrir ce roman.

 

Ce que j'aime dans un livre, c'est quand celui-ci nous embarque dans une atmosphère particulière, qui ne se dissout pas si tôt le livre refermé. Pendant les 285 pages, on sent les odeurs du port, on marche avec les protagonistes dans les rues lisboètes, on se représente la robe rouge d'Irène et l'on entend la musique d'Aurora. Pour toutes ces raisons, et ce grâce à la belle écriture de l'auteur, la lecture me fut agréable. 

 

Le roman est dense, il est riche de nombreuses références et évoque des sujets très variés. Cela va d'un procès pour meurtre à un amour de jeunesse perdu en passant par la biographie d'un écrivain méconnu... Le tout se tient mais j'en ai tiré un intérêt assez inégal. Si j'ai beaucoup aimé la rencontre entre Vincent et Manuela et l'histoire entre Antonio et Canard, j'ai moins accroché au personnage d'Aurora. J'ai aussi regretté l'épilogue de la relation Antonio/Canard, qui aurait été à mon sens bien plus belle si elle était restée suspendue.

 

Antonio, l'homme à femmes, et Vincent, le loser, sont différents mais ils se ressemblent pourtant dans leur incapacité à trouver le bonheur. Le premier passe de femme en femme pour oublier son amour de jeunesse et vit à travers ses reportages photos, tandis que le second ne sait s'y prendre ni avec les femmes, ni avec sa famille et passe son temps à écrire la vie des autres (celle d'Antonio, celle de Pescheux d'Herbinville, ou de Jaime Montestrela).

 

J'ai aimé ce roman, et même s'il n'a pas été un coup de coeur, il m'a en tout cas donné envie de découvrir d'autres titres d'Hervé Le Tellier. Merci à Newsbook et aux éditions JC Lattès pour ce partenariat !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Eléa291 - dans Littérature
commenter cet article

commentaires

Yv 14/09/2011 09:03


Pareil pour moi, ce n'est pas LE roman de l'année mais j'ai été sensible à cette lecture.


Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -
.