Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Livres, films, pièces de théâtre et spectacles en tout genre...
  • : « La culture est ce qui fait d'une journée de travail une journée de vie. » Georges Duhamel
  • Contact

Rechercher

Catégories

23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 16:32

 

 

Résumé :

 

Sur les rives d'un lac glaciaire au coeur de la péninsule de Kenai, en Alaska, Irene et Gary ont construit leur vie, élevé deux enfants aujourd'hui adultes. Mais après trente années d'une vie sans éclat, Gary est déterminé à bâtir sur un îlot désolé la cabane dont il a toujours rêvé. Irene se résout à l'accompagner en dépit des inexplicables maux de tête qui l'assaillent et ne lui laissent aucun répit. Entraînée malgré elle dans l'obsession de son mari, elle le voit peu à peu s'enliser dans ce projet démesuré. Leur fille Rhoda, toute à ses propres rêves de vie de famille, devient le témoin du face-à-face de ses parents, tandis que s'annonce un hiver précoce et violent qui rendra l'îlot encore plus inaccessible. Après Sukkwan Island, couronné par le Prix Médicis 2010, le second roman de David Vann est une oeuvre magistrale sur l'amour et la solitude. Désolations confirme le talent infini de son auteur à explorer les faiblesses et les vérités de l'âme humaine.

 

Mon avis :

 

Si j'ai voulu lire ce roman dans le cadre du match de la rentrée littéraire organisé par PriceMinister, c'est parce que j'avais beaucoup aimé Sukkwan Island, le précédent livre de David Vann dont j'avais fait la critique sur ce blog. Il m'avait fait forte impression et j'espèrais avoir un sentiment similaire avec Désolations.

 

Je ne peux pas dire que je n'ai pas aimé ce roman, mais je n'ai pas eu de coup de coeur. J'ai été un petit peu déçue par ce nouvel ouvrage. Bien sûr, on retrouve des éléments du premier roman : l'Alaska, l'île déserte, le rapport de force entre les personnages... J'ai ressenti le même malaise dû à l'atmosphère oppressante que construit l'auteur. Même si on n'est plus dans un huis clos et qu'on suit le destin de trois couples, on est quand même mal à l'aise lors des faces à faces, entre Gary et Irène notamment.

 

Là encore, on a du mal à comprendre les réactions et les décisions des personnages. J'ai eu une folle envie de secouer tour à tour Gary et Irène qui s'empètrent dans des obligations morales sans oser réagir. De même avec Rhoda et Jim qui forment un couple tellement mal assorti qu'on se demande ce qu'ils font encore ensemble. En ce qui concerne la fin, je m'y attendais, comme sans doute tous les lecteurs de Sukkwan Island, et j'ai été déçue que David Vann cède à cette facilité. Pourtant, l'idée de la migraine destructrice d'Irène était bonne, et aurait mérité un meilleur épilogue.

 

Ce qui m'a le plus gêné est le vocabulaire assez technique qu'on retrouve tout au long du roman, que ce soit à propos des bateaux ou des matériaux de construction pour la cabane. J'ai trouvé également que les descriptions interminables de la nature environnante nuisait à la fluidité du roman. C'est cependant intéressant de voir que cette nature, censée représenter un idéal face à la difficulté des rapports humains, se révèle être une vériatble prison qui accable les personnages.

 

Pour conclure, ne lisez pas Désolations si vous prevoyez de visiter l'Alaska, ou pire encore, si vous êtes sur le point de vous marier ! Merci à PriceMinister et à son opération "Les matchs de la rentrée littéraire" pour cette lecture !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Eléa291 - dans Littérature
commenter cet article

commentaires

visit here 04/12/2013 12:34

I loved the previous book "Sukkwan islands" from Davis Vann, but "Désolations" did not live up to my expectations too I do hope that there will be a better one next time. Not that I did not enjoy the book, but the expectations were high.

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -
.